FOCUS

L’industrie navale lance son offensive pour recruter des milliers de jeunes

 
Article payant offert
 

De la Manche à la Méditerranée, en passant par la côte atlantique, partout, le long du littoral français, l’industrie navale connait une pénurie de main d’œuvre inédite depuis plusieurs décennies. Que ce soit dans le domaine des navires civils ou celui des bâtiments militaires, en passant par la pêche et la plaisance, et le développement à venir les énergies marines, les chantiers tricolores enregistrent pour la plupart un excellent niveau d’activité et une visibilité exceptionnelle. Pour honorer les commandes, il faut muscler les effectifs tout en assurant la transmission de nombreux savoir-faire, parfois rares ou critiques, à une nouvelle génération. La plupart des métiers sont concernés, mais certains sont plus particulièrement en tension, notamment chez les ouvriers, techniciens et techniciens supérieurs. Au point que les chantiers et leurs sous-traitants ne parviennent plus à trouver dans les bassins d'emploi de soudeurs, chaudronniers, tuyauteurs, mécaniciens, électriciens, électroniciens ou encore techniciens d’études.

 

Mise à l'eau d'un yacht chez Couach, en Gironde (© : COUACH)

Mise à l'eau d'un yacht chez Couach, en Gironde (© : COUACH)

 

Maintenir et développer les compétences

« Notre souci principal, c’est le maintien et le développement des compétences. Nous avons besoin de personnel dans de nombreux métiers. C’est un problème majeur que partagent les chantiers français et c’est pour moi le sujet principal du moment pour notre industrie. Il nous faut de la main d’œuvre qualifiée et, aujourd’hui, nous n’en trouvons plus localement, tant et si bien que nous sommes obligés de faire appel à de la main d’œuvre détachée, ce qui est quand même dommage », explique Matthieu Gobert de Socarenam. Ce constructeur est implanté à Boulogne, Etaples, Calais et Saint-Malo, où il réalise des vedettes et patrouilleurs pour la marine et la douane, des bateaux de pêche ou encore des navires de travaux portuaires. L’entreprise, qui compte 230 salariés, a recruté 20 jeunes en deux ans.

 

Le patrouilleur La Confiance, réalisé par Socarenam (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le patrouilleur La Confiance, réalisé par Socarenam (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Même son de cloche chez Ocea, qui produit des bateaux pour le secteur militaire, la pêche, l’offshore ou encore la grande plaisance. Comptant des sites aux Sables d’Olonne, à Fontenay-le-Comte, à Saint-Nazaire et à La Rochelle, Ocea, pour répondre à la hausse significative de son carnet de commandes, a augmenté en très peu de temps son personnel d’un tiers : « En deux ans, nous avons recruté plus d’une centaine de personnes et l’effectif a aujourd’hui dépassé la barre des 300 personnes », explique son patron, Roland Joassard. Mais là aussi, il est de plus en plus dur de trouver des candidats.

 

Le chantier Ocea des Sables d'Olonne (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le chantier Ocea des Sables d'Olonne (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

« L’activité atteint un niveau jamais vu depuis une cinquantaine d’années »

On s’arrache tout autant les cheveux à Saint-Nazaire. Démultiplication des commandes de paquebots, nouveaux contrats attendus dans l’éolien offshore et les grands bâtiments militaires, dont des ravitailleurs pour la Marine nationale et normalement un porte-avions dans les années qui viennent… Les Chantiers de l’Atlantique, menacés de disparition en 2012, connaissent un nouvel âge d’or, comme le rappelle le directeur général de l’entreprise, Laurent Castaing : « Nous aurons à la fin de l’année cinq navires de croisière en construction simultanément. Saint-Nazaire est sans doute l’endroit dans le monde où on réalise actuellement le plus de paquebots. L’activité atteint un niveau jamais vu depuis une cinquantaine d’années, à l’époque où le chantier était rempli de pétroliers ». Les Chantiers de l’Atlantique, qui ont vu leurs effectifs remonter à plus de 2900 salariés, ont entre 2013 et 2018 recruté plus de 1200 personnes en CDI, avec un solde très positif malgré de nombreux départs en retraite. Et les besoins sont encore très importants. « Dans une entreprise qui offre des défis passionnants à relever et une large diversité de parcours professionnels, nous avons besoin de pourvoir plus de 150 postes en CDI à court terme, dans nombre de métiers : charpentiers métaux, soudeurs, électriciens, tuyauteurs, conducteurs de travaux, techniciens de bureaux d’études, ingénieurs, et bien d’autres. Nous accueillons des personnes déjà qualifiées, et proposons aussi différents mécanismes de formation tels que l’alternance qui permettent, y compris à des personnes venues d’horizons différents de la construction navale, de se former aux métiers qualifiés de l’entreprise. Sauf retournement de situation, peu probable à court terme, nous allons continuer à embaucher de l’ordre de, au minimum, 150 personnes par an », explique Béatrice Gouriou, directrice des ressources humaines des chantiers nazairiens, dont le carnet de commandes d’étend jusqu’en 2026.  

 

Soudeur aux Chantiers de l'Atlantique (© : BERNARD BIGER)

Soudeur aux Chantiers de l'Atlantique (© : BERNARD BIGER)

Le Celebrity Edge, paquebot livré le 31 octobre par les chantiers nazairiens (© : BERNARD BIGER)

Le Celebrity Edge, paquebot livré le 31 octobre par les chantiers nazairiens (© : BERNARD BIGER)

 

Petits et grands chantiers, sous-traitants mais aussi réparation navale

Au-delà des grands et moyens constructeurs, les petits chantiers, nombreux le long du littoral hexagonal, connaissent la même situation. C’est le cas par exemple de Sibiril Technologies qui réalise à Carantec (Finistère) des pilotines, vedettes de sauvetage et bateaux de pêche. La société, forte de 23 salariés, veut embaucher rapidement une dizaine de personnes, ce qui constitue une progression énorme pour une PME. « Ça fait des mois que l’on cherche à recruter. Mais comme beaucoup d’entreprises, nous n’y parvenons pas », confiait en septembre Tristan Pouliquen, patron de Sibiril.

 

Chez Sibiril à Carantec (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Chez Sibiril à Carantec (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Bateau de peche livré cet été par Sibiril (© : SIBIRIL TECHNOLOGIES)

Bateau de peche livré cet été par Sibiril (© : SIBIRIL TECHNOLOGIES)

 

Et la situation n’est pas meilleure dans les activités connexes de la construction, comme la réparation navale, où de nombreux métiers sont les mêmes. « Nous avons effectivement nous aussi des problèmes de recrutement. Les métiers en tension sont tuyauteurs, soudeurs et chaudronniers, contremaîtres et chefs de projet », confirme Jacques Hardelay, directeur général de Chantier Naval de Marseille. Quant aux sous-traitants des chantiers, ils sont également nombreux à faire part des mêmes soucis pour trouver des personnels français qualifiés. Il est d’ailleurs intéressant de constater qu’à Saint-Nazaire, par exemple, les raisons de la forte présence de travailleurs étrangers ont complètement évolué depuis 15 ans. Au début des années 2000, lorsque les aides à la construction navale venaient de disparaitre, la main d’œuvre détachée s’était essentiellement développée pour des questions économiques. Aujourd’hui, elle est bien plus liée au fait que les entreprises ne trouvent plus de candidats français.

 

Ferry en arrêt technique à Marseille (© : EMMANUEL BONICI)

Ferry en arrêt technique à Marseille (© : EMMANUEL BONICI)

 

Redorer le blason de la navale auprès des jeunes

L’un des enjeux majeurs est de redorer le blason de la navale auprès des jeunes, qui se sont largement désintéressés de cette filière. Un désamour qui tiendrait à la succession de périodes difficiles rencontrées par le secteur pendant 30 ans, avec de facto une industrie à l’avenir incertain ne garantissant pas une stabilité à long terme des carrières. Une image vieillotte colle par ailleurs à la peau des chantiers navals, qui bien que s’étant pour beaucoup profondément modernisés, gardent souvent auprès du grand public une image proche de « Germinal » et ne peuvent dans ces conditions rivaliser avec des industries nativement hi-Tech, forcément plus séduisantes pour les adolescents. Plus généralement, ce qui est aussi le cas pour la plupart des secteurs de l’économie, la navale comme d’autres industries paye très clairement le désintérêt des jeunes pour les métiers manuels et le manque d’engagement de l’Etat envers les filières professionnelles, largement dévalorisées depuis les années 80.

Face à cette situation, les entreprises ont ces dernières années multiplié les initiatives locales avec les différents acteurs de leurs bassins d’emploi respectifs (écoles, centres de formation, pôle emploi, collectivités etc). Mais force est de constater que le problème est profond et nécessite une réponse globale portée à l’échelle nationale.

Cabine de contrôle d'une machine de découpe de tôles à Saint-Nazaire (© : BERNARD BIGER)

Cabine de contrôle d'une machine de découpe de tôles à Saint-Nazaire (© : BERNARD BIGER)

 

Nouvelle impulsion dans le sillage du Comité Stratégique de Filière

Cela va enfin être le cas, dans le cadre notamment du Comité Stratégique de Filière (CSF) des industriels de la mer, qui regroupe l’industrie navale (42.000 emplois pour un chiffre d’affaires de 9.5 milliards d’euros), l’offshore pétrolier et gazier (près de 30.000 emplois et 15 milliards de CA), les industries et services nautiques (42.000 emplois, 4.7 milliards de CA) et le secteur en devenir des énergies marines renouvelables. Celui-ci pèse aujourd’hui seulement 2600 emplois et 600 millions de CA dans l’Hexagone, mais il présente un potentiel de croissance considérable.

Représentant donc 115.000 emplois et 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 60% à l’export, ce poids lourd économique a signé le 29 octobre, en présence du chef du gouvernement, des ministres de l’Economie et des Transports, des Régions de France et des organisations syndicales, son contrat de filière. Il s’agit de fédérer toutes les énergies dans un plan d’action global, soutenu par les pouvoirs publics, afin de booster le développement de la filière. Celle-ci veut s’imposer comme un acteur majeur de la transition écologique, renforcer les investissements afin de déployer les nouveaux outils numériques, accroître les programmes de R&D pour faire émerger de nouvelles technologies ou encore mieux s’organiser sur les marchés export. Et, dans ce plan de bataille, le maintien et le développement des compétences, en clair la formation et l’emploi, sont justement l’un des quatre grands projets structurants du contrat de filière.

 

Mise à l'eau d'une frégate à Lorient (© : NAVAL GROUP)

Mise à l'eau d'une frégate à Lorient (© : NAVAL GROUP)

 

Emergence du Campus des Industries Navales

« Aujourd’hui, les industriels de la navale sont entrés dans une période d’activité très soutenue avec une bonne visibilité pour la prochaine décennie, ce qui n’a jamais été le cas depuis plus de 30 ans. Cela est valable pour la construction civile comme militaire. Mais l’un des freins à la croissance est le manque d’un vivier de compétences dans certains métiers. Face à ce constat, les industriels ont décidé de prendre les choses en main et de s’organiser de manière collective. Ils sont prêts à s’engager sur des volumes de recrutements si, en face, il y a des gens directement employables, c’est-à-dire avec toutes les compétences requises », explique Dominique Sennedot, directeur du Campus des Industries Navales. Cette nouvelle structure, initiée fin 2017 et installée cette année, est une organisation collective regroupant tous les acteurs impliqués. Il y a là, pour commencer, quatre premières régions (Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Normandie et Pays de la Loire), quatre ministères (Travail, Education nationale, Enseignement supérieur et Transports), quatre grands industriels (CMN, Chantiers de l’Atlantique, Naval Group et Piriou), le Groupement des Industries et Activités Navales (GICAN), l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), le cluster Bretagne Pôle Naval ainsi que la Marine nationale. La présence de cette dernière peut paraitre surprenante de prime abord mais s’explique logiquement par le fait que ses personnels n'y font pour l’essentiel pas l’intégralité de leur carrière mais bifurquent à un moment vers le secteur civil. Or, il y a là de nombreuses compétences directement employables par les industriels.

 

Mise à l'eau d'un patrouilleur chez CMN, à Cherbourg  (© : SYLVAIN VIAU)

Mise à l'eau d'un patrouilleur chez CMN, à Cherbourg  (© : SYLVAIN VIAU)

 

Adapter ou créer des formations répondant aux besoins

La mission du Campus est de renforcer l’attractivité des métiers de la navale et de mettre en adéquation les formations existantes avec les besoins des industriels. « Nous allons sélectionner, évaluer et qualifier les formations existantes à l’échelle interrégionale, dans le domaine naval, pour soit les "navaliser" par un module complémentaire, soit en créer de plus adaptées aux besoins de la filière, avec par exemple un bac pro naval qui n’existe pas, contrairement à l’aéronautique. Il s’agit de disposer de formations adaptées aux spécificités de la navale tout en tenant compte de l’émergence de nouveaux métiers, comme mécatronicien naval qui conjugue les métiers de mécanicien, électricien et informaticien. Nous en avons de plus en plus besoin car il y a de plus en plus d’électronique sur les bateaux. Il s’agit aussi d’anticiper les besoins de compétences dans les domaines du big data, des véhicules autonomes ou encore de la cyber-sécurité », détaille Dominique Sennedot. Dans cette perspective, le Campus doit mettre en place un mécanisme de labellisation des parcours de formation adaptés aux besoins des industriels. Il permettra de disposer d’un ensemble cohérent et lisible, allant du CAP jusqu’au diplôme d’ingénieur (Bac -3 à Bac + 5), que ce soit en formation initiale ou en reconversion professionnelle. Les acteurs de la navale comptent notamment sur la nouvelle loi sur la formation professionnelle et veulent évidemment développer les formatons en alternance, qui rencontrent un beau succès et facilitent les embauches.

 

Floatgen, la première éolienne flottante réalisée ne France  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Floatgen, la première éolienne flottante réalisée ne France  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Sous-marin du type Barracuda en construction à Cherbourg (© : NAVAL GROUP)

Sous-marin du type Barracuda en construction à Cherbourg (© : NAVAL GROUP)

 

L’Education nationale s’implique

Pour que cette stratégie fonctionne, il faudra une forte implication de tous les acteurs, notamment de l’Education nationale. « C’est la raison d’être du Campus, une initiative collective regroupant tous les acteurs concernés par cette problématique. Dans la gouvernance, nous avons par exemple un inspecteur de l’Education nationale. Les rectorats des régions sont impliqués et le ministre Jean-Michel Blanquer est très intéressé par notre démarche et son pragmatisme. C’est crucial car il faudra être agile quand il y aura besoin de créer des modules de formation complémentaires. Certains pourront s’intégrer dans un cursus menant au diplôme, mais d’autres seront conduits après ces cursus, avant que les candidats soient intégrés dans les entreprises, et nous souhaitons une reconnaissance de ces modules ».

Création de nouvelles écoles spécialisées

Certaines formations pourront voir le jour au travers des cursus d’enseignement ou les centres existants, d’autres via la création de nouvelles entités, y compris à l’initiative directe des entreprises. C’est par exemple le cas à Cherbourg où Naval Group vient de créer une école dédiée aux métiers de l’emménagement des navires, afin de répondre à ses besoins liés au regain d’activité dans le domaine des sous-marins. Les candidats, qui en sortie seront techniciens supérieurs, sont issus pour la plupart de lycées professionnels et arrivent avec en poche un BTS orienté vers les bureaux d’études. « Ils font un an de formation pour obtenir un Bac +3. Pour le moment, l’école, inaugurée en septembre et qui accueille sa première promotion, est gérée par Naval Group mais dès 2019 elle sera pilotée par un opérateur de formation indépendant. Elle a vocation à monter en puissance et répondre aux besoins de tous les industriels souhaitant recruter des emménageurs, avec un objectif de 800 personnes formées d’ici 2025 ». Une initiative qui devrait être répliquée pour différents métiers.

 

Le Navire des Métiers lors de son lancement à Euronaval (© : CAMPUS DES INDUSTRIES NAVALES)

Le Navire des Métiers lors de son lancement à Euronaval (© : CAMPUS DES INDUSTRIES NAVALES)

 

Valoriser les métiers auprès des jeunes et du grand public

Dans le même temps, le Campus des Industries Navales va déployer toute une série d’initiatives pour valoriser auprès des jeunes et du grand public les métiers de la filière. Le premier volet a été dévoilé à Euronaval et inauguré le 25 octobre en présence de Jean-Michel Blanquer. Il s’agit du « Navire des Métiers », un stand modulaire de 350 m² organisé en plusieurs espaces. «  Ce nouvel outil permet de présenter et faire découvrir aux visiteurs les différents métiers de la navale, notamment ceux en tension. Le stand accueille également des experts des entreprises qui viennent parler de leur parcours et de leur passion, car c’est aussi cela que nous voulons faire comprendre aux jeunes. La navale, ce n’est pas un secteur comme les autres, c’est un milieu unique de par les produits qu’on y réalise, comme un paquebot ou un sous-marin, qui font partie des objets les plus technologiquement avancés et les plus complexes réalisés par l’homme », souligne Dominique Sennedot.

 

Le stand Navire des Métiers (© : CAMPUS DES INDUSTRIES NAVALES)

Le stand Navire des Métiers (© : CAMPUS DES INDUSTRIES NAVALES)

Le Navire des Métiers lors de son lancement à Euronaval (© : CAMPUS DES INDUSTRIES NAVALES)

Le Navire des Métiers lors de son lancement à Euronaval (© : CAMPUS DES INDUSTRIES NAVALES)

 

Et il s’agit aussi de montrer que les chantiers, ce n’est plus Germinal, mais des entreprises qui se sont modernisées et se dotent d’outils de pointe, avec le développement d’usines intelligentes où le déploiement de la réalité virtuelle non seulement pour les phases de conception, mais aussi pendant la construction et probablement pour la formation. « La réalité virtuelle est clairement un outil que nous pourrons développer dans les parcours de formation car elle peut être utilisée pour apprendre à maîtriser la configuration d’une installation, répéter des gestes, s’immerger dans un bateau et voir comment on peut y travailler selon les locaux… Cette technologie est également intéressante pour tester de nouvelles formations avant leur déploiement ».

 

La réalité virtuelle se développe (© : NAVAL GROUP)

La réalité virtuelle se développe (© : NAVAL GROUP)

 

Le Navire des Métiers comprend aussi un espace RH où une quinzaine d’entreprises pourront organiser des « job dating » avec les candidats potentiels. Le stand a vocation à être présent dans de grands évènements populaires, comme le Nautic à Paris, ainsi que des salons sur l’orientation et l’emploi des jeunes, à l’image des prochaines Olympiades des Métiers à Caen. Les modules de présentation des métiers, conteneurisés et transportables facilement par camion, vont aussi sillonner les écoles et centres de formation du pays.

Extension à d’autres secteurs et à toutes les régions littorales

Dans le sillage du Comité Stratégique de Filière, le Campus doit vite monter en puissance et intégrer d’autres secteurs du maritime. « Nous avons vocation à nous élargir rapidement à l’ensemble de la filière des industries de la mer, en particulier le nautisme, les EMR et le parapétrolier ». Mais aussi, souligne Dominique Sennedot, aux autres régions littorales françaises. L’Occitanie, les Hauts de France et Provence Alpes Côte d’Azur devraient ainsi embarquer à partir de 2020.

Un objectif de 10.000 créations d’emploi en 3 ans

Pour l’heure, les besoins en recrutement sont, selon les industriels, de l’ordre de 1000 à 1500 personnes par an sur les trois régions aujourd’hui impliquées dans le Campus des Industries Navales. Mais c’est une masse d’embauches bien plus conséquente qui est en jeu à l’échelle nationale et en intégrant les autres composantes de l’industrie maritime. C’est ce qu’a indiqué Hervé Guillou, président du CSF des industriels de la mer, au moment de la signature du contrat de filière le 29 octobre : « Grâce à ces actions et à l’engagement de l’Etat auprès des industriels de la mer, la filière maritime se donne l’objectif de créer 10.000 emplois en France et de générer 33 milliards d’euros d’ici trois ans. La filière des industriels de la mer, enfin considérée en tant que telle, jouera alors un rôle moteur et mesurable pour l’économie française, à la hauteur du potentiel que représente la mer pour notre pays ».

 

Assemblage d'un paquebot à Saint-Nazaire (© : BERNARD BIGER)

Assemblage d'un paquebot à Saint-Nazaire (© : BERNARD BIGER)

 
 

Commentaires(0)

Post a Comment

Image: 

A propos

Centre de formation aux BTS en alternance

Recent Posts

Maersk : Zéro CO2 d'ici 2050 !

Maersk : Zéro CO2 d'ici 2050 !


By admin / déc 07

Les métiers de la Navale recrutent !

Les métiers de la Navale recrutent !


By admin / nov 14

Tags

Brand Business Construction Creative Design Develoment Education Food francais Life Logo Love