Ghaam : pas de croissance sans investissement

 



Matthieu Dehais (Cosco Container Lines), Carole Collot  (Hamburg Sud) et Benoît Douillet (MSC), vice-présidents du Ghaam © Natalie Castetz
Matthieu Dehais (Cosco Container Lines), Carole Collot (Hamburg Sud) et Benoît Douillet (MSC), vice-présidents du Ghaam © Natalie Castetz
Le ton a changé. En janvier 2017, les trois vice-présidents du Groupement havrais des armateurs et agents maritimes (Ghaam), Carole Collot  (Hamburg Süd), Matthieu Dehais (Cosco Container Lines) et Benoît Douillet (SHGT) déploraient le fait de "subir, impuissants, les regroupements opérationnels et partages de slots, les fusions d’armements, les faillites…" ainsi que le manque de visibilité "dans cette tempête". Ils stigmatisaient également le manque de fiabilité lié aux mouvements sociaux et l’absence d’un hinterland étendu. 
Un an après, la cérémonie des vœux a pris un ton nettement plus optimiste. Matthieu Dehais n’a pas tari d’éloges sur la communauté havraise, représentée par "une capitainerie à la pointe de la législation, à l’écoute des opérateurs et en recherche continue d’amélioration des systèmes, des douanes performantes, des plateformes informatiques innovantes avec Swing et S)One, des services portuaires d’un grand professionnalisme et d’une grande qualité". L’objectif commun, a-t-il rappelé, est de "répondre aux défis de la sécurité et du développement du commerce, par la dématérialisation et la simplification des procédures". 
 Les vice-présidents se sont partagé les tâches. Benoît Douillet a pour sa part joué le rôle de rabat-joie pour pointer les insuffisances : "Le Havre n’a pas un trafic portuaire à sa hauteur". Si le bilan 2017 "porte à l’optimisme" avec 2,875 millions d’EVP à fin décembre contre 2,518 fin 2016, "il ne faut rien lâcher et nous savons ce qu’il faut pour que notre port s’épanouisse". Et de citer, sans surprise, la chatière pour l’accès fluvial direct à Port 2000 et la mise en service de deux nouveaux quais, enfin une solution permettant "une interaction optimale pour relier terre et mer". À la clé, il s’agit de parvenir aux 25 % de part modale du fer et du fleuve, comme le Grenelle de l’environnement l’avait stipulé en 2007, mais aussi de trouver une solution permettant aux armements d’éviter le surcoût lié à l’absence de liaison ferroviaire entre les terminaux, dans l’enceinte du port historique du Havre. 
Enfin, le Ghaam espère un seul et unique système communautaire (CCS), mettant fin à la dualité des systèmes de Marseille et du Havre. "Le choix en sera remis à l’État".
 

 

Natalie Castetz

Note de CAP OCEANE : Anvers a battu son record avec plus de 220 millions de tonnes en 2017, à peu près 3 fois Le Havre.

Lundi 22 Janvier 2018

Commentaires(0)

Post a Comment

Image: 

A propos

Centre de formation aux BTS en alternance

Recent Posts

Statistiques portuaires

Statistiques portuaires


By admin / juil 20

Canal Seine-Nord, ça bouge un peu !

Canal Seine-Nord, ça bouge un peu !


By admin / juin 11

Tags

Brand Business Construction Creative Design Develoment Education Food francais Life Logo Love